2 jours au rythme des cigales dans le Luberon

De part et d’autre du verdoyant massif du Luberon, culminant à 1 125 m, châteaux, villages perchés et domaines viticoles dispensent un art de vivre unique en Provence. Quand la nature et les artisans ont autant de talent, on quitte plus facilement les bords de la piscine.

Jour 1 - 10 heures : On fait le marché à Lourmarin

Lundi à Cavaillon, mardi à Gordes, mercredi à Gargas, jeudi à Roussillon, samedi à Apt : chaque marché permet aussi, une fois le panier rempli, de s’attabler au soleil à une terrasse. Le vendredi à Lourmarin, les étals se déploient sous le château Renaissance, devant le terrain de foot enherbé. À base d’olives, artichauts ou fromage de chèvre, la proposition de tartinades pour l’apéro déborde de créativité.

Midi : On savoure la truffe d’été à Ménerbes

Le Luberon est un des hauts-lieux de la truffe, qu’il s’agisse de la célèbre tuber melanosporum d’hiver ou de la plus discrète tuber aestivum. Plus abordable, la truffe d’été se récolte en Provence de mai à juillet. On l’achète en vrac ou on la goûte au restaurant de la Maison de la Truffe de Ménerbes. La Maison propose aussi un bel échantillonnage de bouteilles de l’AOC Luberon, appellation de la vallée du Rhône. Le village où vécurent Nicolas de Staël et Dora Maar se prête ensuite à la promenade.

Maison de la Truffe et du Vin (Lien externe) du Luberon (Lien externe)

14 heures : On s’offre une sieste au bord de l’eau

Après un repas étoilé ou un pique-nique, un temps de méditation s’impose, rythmé par le bruit du vent dans les cerisiers, le chant des cigales, le clapotis d’une fontaine... Hauts-lieux des lieux d’eau, les rives de l’Aiguebrun, du Calavon et de la Sorgue, ou encore l’étang de la Bonde sur la route d’Ansouis.

16 heures : On pédale entre cèdres et vignobles

Vergers de cerisiers, vignobles et champs de lavandes tapissent les rondeurs du massif. Il est doux de les sillonner à bicyclette. Le Vaucluse est très bien équipé en pistes cyclables, en loueurs de vélo et en hébergements labellisés "Accueil vélo". Le Luberon, spécialement, propose partout des points de recharge pour vélos à assistance électrique. En deux heures, en partant par exemple du Domaine de la Coquillade, on traverse le pont Julien, ancien pont romain arqué sur le Calavon, on longe les cèdres centenaires, orgueil du Parc naturel régional du Luberon avant de grimper au château de Sade qui domine le village de Lacoste. De là-haut, la vue est superbe sur le Mont Ventoux. C’est qui le champion ?

Itinéraires à découvrir sur Vélo Loisir Provence (Lien externe)

Jour 2 – 10 heures : On revit des films mythiques

Devant l’église de Vaugines, sous les platanes centenaires, le banc en pierre a accueilli la scène finale de Manon des Sources, de Claude Berri. Le haut village de Cucuron a lui servi de décor au Hussard sur le toit de Jean-Paul Rappeneau d’après Jean Giono et à Une grande année, de Ridley Scott. Le Domaine La Cavale propose aux cinéphiles d’explorer, pendant deux heures, les lieux de tournage des films mythiques.

Domaine La Cavale (Lien externe)

13 heures : On visite un domaine typique à Bonnieux

Fontaine, allée de platanes, graviers, buis et chênes verts : le Château La Canorgue fait partie des 64 domaines viticoles de l’AOC. Il appartient à la même famille depuis 200 ans, et Jean-Pierre Margan y cultive les vignes en bio depuis 40 ans.

Château La Canorgue (Lien externe)

16 heures : On découvre des savoir-faire d'artisans

Difficile de choisir entre Okhra, le Conservatoire des ocres de Roussillon, et la Lustrerie Mathieu de Gargas ? Entre une fabrique de fruits confits et une distillerie de lavande ? Allez, on choisit l’huile ! Un sentier sillonne les 4 000 oliviers de la Bastide du Laval. Au moulin, les explications devant les broyeurs, filtre et centrifugeuse, nous apprennent tout sur l’extraction à froid du précieux jus, garantie de ce fruit vert recherché par les chefs.

Bastide du Laval (Lien externe)

Se rendre dans le Luberon, en Provence 

Aller
plus loin