11 nouveaux restaurants pour retrouver le goût de Paris

Chic ! Dès le 9 juin, avec la réouverture des restaurants, on va pouvoir (re)passer à table dans nos salles préférées et même en découvrir d’autres. Lieux originaux, concepts novateurs, chefs inventifs… De nouvelles adresses s’invitent au menu de cette rentrée culinaire attendue de longue date. Et elles ont bon goût ! Petite sélection alléchante pour remettre nos papilles en action.

La Halle aux grains, le plus inspiré

Dès le 10 juin, Michel et Sébastien Bras, père et fils, autant cuisiniers que poètes de terroir, mettront leur grain de sel et de génie culinaire à la Halle aux grains, le restaurant-café de la Bourse de Commerce. Au 3e niveau du bâtiment magnifié par l’architecte Tadao Ando pour accueillir la collection Pinault, il offrira une vue intérieure sur le cœur de l’édifice et la vaste rotonde ainsi que sur la ville alentour, de l’église Saint-Eustache au Centre Pompidou. Les deux chefs inspirés y mettront grains, graines, semences de tous les pays et de toutes les familles, légumineuses, céréales, oléagineuses, ombellifères… dans tous leurs savoureux états. "Qu’ils soient germés, grillés, soufflés, infusés, fermentés… Ils seront l’impulsion d’une cuisine de son temps, à l’expression singulière, saine, simple, qui parle à l’âme et au corps", foi de Michel Bras !

Halle aux grains (Lien externe)

Pedzouille la Grange, le plus perché

C’est une auberge d’altitude, un rooftop à la bonne franquette, une grange haut perchée sur le toit du Novotel Porte de Versailles avec vue imprenable sur la Tour Eiffel... Après Pedzouille La Basse-Cour dans le 2e arrondissement et Pedzouille L’Etable métro Poissonnière, voilà la troisième larronne gourmande du collectif qui défend les paysans en ville. La table locavore débarque dans le 15e et promet d’être un nouveau spot prisé des amateurs de bonne humeur et de savoureux produits de la ferme et du terroir, un restaurant qui "se vit avant de se manger". Un bon programme !

Pedzouille (Lien externe)
Restaurants Accord (Lien externe)

Le restaurant de l'Hôtel de la Marine, le plus prestigieux

Peut-on rêver cadre plus exceptionnel que l’Hôtel de la Marine ? Monument emblématique de la place de la Concorde, ce superbe ensemble architectural du XVIIIe siècle qui abrita jusqu’en 1798 le Garde-Meuble de la Couronne avant de devenir, pendant plus de 200 ans, le siège du ministère de la Marine devrait devenir l’un des lieux les plus visités de Paris. C’est au nord de la Cour d’Honneur que se loge, comme dans un écrin, "Mimosa", le nouveau restaurant de l’Hôtel de la Marine dont la carte est confiée au chef Jean-François Piège. Au sud, Le Café Lapérouse veille aux menus plaisirs à la fois café, cave à vin, chocolatier et glacier. Dans ces lieux à la scénographie en harmonie avec le patrimoine historique, on célèbrera à coup sur l’art de vivre à la française avec panache.

Moma Group (Lien externe)
Hôtel de la Marine (Lien externe)

Douze, le plus XXL

Voilà une reconversion sacrément réussie, dans une ancienne caserne militaire du 12e arrondissement, à deux pas de l’éco-quartier Reuilly-Diderot. Sur 1000 m2, une nouvelle halle de marché XXL prend ses aises tel un grand garde-manger mixant avec gourmandise restauration et produits frais. Primeur, fromager, poissonnier, boucher, caviste… Une douzaine d’artisans et producteurs régionaux, chacun orfèvres dans leur partie, y ont planté leurs étals. Le restaurant installé à l’étage s’y approvisionne directement. Son chef, Pablo Jacob, ancien du Bel Ordinaire rive gauche, fait le pari de recettes simples pour des plats de saison à partager en toute convivialité. La grande cuisine ouverte, comme les grands plateaux de fromages et pâtisseries, n’ont pas fini de faire saliver. Aux beaux jours, la terrasse avec vue jardin est la délicieuse cerise sur le gâteau.

Douze (Lien externe)

Electric, le plus éclectique

A deux pas de la Gare du Nord et de la Gare de l'Est, Electric allume le courant dès le 28 juin ! Dans cet ancien atelier de 800 m2 sur 3 étages, coiffé d’une grande verrière centrale, l’ambiance promet d’être lumineuse et… électrique. A la fois bar, restaurant, galerie d’art et centre de formation culinaire, le lieu accueillera aussi une épicerie fine ainsi que marchés de créateurs et pop-up stores inédits. Au menu du restaurant, les basiques auront tout bon avec une cuisine ménagère sans complexe, au beurre et à l’huile d’olive. Service au guéridon, prix provinciaux, système d’aération dernier cri, offres inédites et surprises à gogo... C’est sûr, Electric va nous faire crépiter de plaisir !

Electric (Lien externe)

Brasserie Dubillot, la plus conviviale

Avis aux bons vivants aimant la compagnie (même à distance) et la cuisine française inspirée du terroir, libre et inventive. D’ici le mois de juillet, la Brasserie Dubillot (170 couverts en intérieur, une trentaine en terrasse) prend ses quartiers au cœur du Paname populaire, dans le pittoresque quartier du Sentier. Dans ce joyeux repère, art de vivre et bonne franquette promettent de cohabiter sans chichi. En cuisine, ça envoie de colossales pièces de viande, cuites au feu de bois, à partager ainsi que des classiques comme on les aime : cochon de lait rôti ou généreux bar en croûte de sel... Sans oublier les plats typiques de brasserie et les assiettes végétariennes, le tout 100% maison et de saison. Pour la bonne bouche, Dubillot fricote évidemment avec brasseurs et vignerons de derrière les fagots.

Brasserie Dubillot (Lien externe)

Forest, le plus tendance

Un jeune chef dans le vent aux fourneaux et aux cocktails, un DJ touche à tout en vue aux platines… Le duo Julien Sebbag et Dorion Fiszel va à coup sûr réveiller le 16e arrondissement en ouvrant Forest, juste en face du Palais de Tokyo, au sein même du Musée d’Art Moderne de Paris. Avec son cadre tendance, sa déco minérale et des shows immersifs de fresques vivantes à même le béton des murs, il y aura du spectacle et pas seulement dans les assiettes. Celui qui a déjà épaté le tout Paris avec ses deux adresses, Créatures et Tortuga, au sommet des Galeries Lafayette, devrait régaler avec des créations végétales et marines détonantes à l’instar de ses cocktails à la fois "naturels, instinctifs et bruts". On a hâte !

Moma group (Lien externe)
Musée d'Art Moderne de Paris (Lien externe)

Petit Plisson, le plus "les pieds dans l’herbe"

Faut-il encore présenter la Maison Plisson, success story de l’épicerie fine parisienne ? En essaimant ses restaurants "comme à la maison", Delphine Plisson promeut avec bonheur une cuisine française, familiale et généreuse. C’est celle qu’on retrouvera servie au kiosque-resto du Petit Plisson qui plante ses valises, ses bocaux, ses petits plats bons et de saison en plein cœur de Paris, au jardin des Tuileries. Il n’y aura qu’à choisir une des 240 places assises, en terrasse, les pieds dans l’herbe, en profitant en prime de l’animation quotidienne. Car Petit Plisson se veut un lieu de vie avec cours de yoga, cocktails littéraires, rencontres avec des personnalités, grand marché de producteurs tous les week-ends ou encore théâtre de marionnettes pour les petits comme pour les grands.

La Maison Plisson (Lien externe)

Cena, le plus bistro chic

Cena… un mot italien à traduire par dîner en français mais qui évoque aussi la scène. Voilà qui sied à merveille à cette nouvelle adresse à deux pas du Parc Monceau et du Boulevard Haussmann. Car en plus des assiettes créatives et instinctives du jeune chef lyonnais Aban Sartron, passé notamment par les cuisines du Louis XV d’Alain Ducasse, chez Anne-Sophie Pic à Valence ou Eric Frechon au Bristol, on en prendra plein les yeux. La belle cuisine ouverte sur le bistro chic promet en effet du spectacle et de la maestria mais aussi de la sincérité et de l’authenticité pour de belles surprises en bouche.

Cena (Lien externe)

Ischia, le plus italien

Le très médiatique chef cuisinier et pâtissier Cyril Lignac a toujours plus d’un projet dans sa besace. Le dernier en date emmène à partir du 1er juillet du côté de l’Italie, sur l’île d’Ischia, au large de Naples. Déjà aux commandes du Chardenoux et de Aux Prés dans les 11e et 6e arrondissement, le chef chouchou des Français gastronomes propose de s’y poser, de préférence sur la belle terrasse, à deux pas du métro Javel. Ici pas de folklore de trattoria, mais du design racé made in Italia, une ambiance épurée pour déguster piano piano saveurs de la Botte, décontraction et art de vivre à l’italienne.

Ischia (Lien externe)

Cheval Blanc, le plus gastronomique

Dans cet hôtel logé au cœur de La Samaritaine, ancien grand magasin et joyau d’Art déco, il fallait bien une offre de restauration exceptionnelle. Si le secret est encore bien gardé (on ne connaît ni le nombre de couverts ni le nom du restaurant), on sait déjà que la table gastronomique de l’hôtel Cheval Blanc où officiera Arnaud Donckele, le chef 3 étoiles de la Vague d’Or à Saint-Tropez, ainsi que la brasserie, côtoyant la célèbre terrasse panoramique, dévoileront une vue imprenable sur la Seine et les plus beaux monuments de Paris. Maxime Frédéric, ex Chef pâtissier du Four Season George V, sera lui aussi de la partie. On leur laisse carte blanche les yeux fermés !

Cheval Blanc (Lien externe)

Se rendre à Paris 

Aller
plus loin