FAQ Toulouse

Pourquoi appelle-t’on Toulouse la Ville Rose?
Toulouse est surnommée la ville Rose en référence à la brique utilisée pour construire les bâtiments.

Il y a combien d’habitants à Toulouse ?
Toulouse est la 4ème ville de France après Paris, Marseille et Lyon. Il y a environ 475.000 habitants.

Quels sont les accès depuis Paris ?
Toulouse est une ville très accessible depuis Paris.
Il y a jusqu’à 40 vols quotidiens entre les deux villes (durée 1h15). De plus, l'aéroport international de Toulouse-Blagnac bénéficie d'une situation exceptionnelle à seulement 8 km à l'ouest de Toulouse. Il est très facile de rejoindre le centre grâce aux transports en commun et aux taxis.
Depuis la gare de Paris-Montparnasse, vous arriverez dans la ville rose en 4h17. La gare SNCF de Toulouse-Matabiau est en plein centre-ville, à 10 minutes à pied de la place du Capitole.

Comment circuler à Toulouse, quels sont les moyens de se déplacer?
Toulouse a un centre-ville très compact, il est donc très facile de s’y déplacer à pied, mais il y a également 2 lignes de metro, 2 lignes de tramway ainsi que des bus, taxis et vélos.

Quels sont les lieux incontournables de Toulouse ?
Les lieux incontournables sont :

Le Capitole : c'est l'édifice emblématique de la Ville rose : dressé face à la place du Capitole depuis le XVIIIe siècle, il abrite à la fois l'hôtel de ville et le théâtre du Capitole.

La Basilique Saint-Sernin : cette basilique de brique et de pierre du XIe siècle n'est rien de moins que l'un des plus grands édifices romans d'Occident ! Ancienne étape du chemin de Compostelle, elle est inscrite à ce titre au patrimoine de l'Unesco.

Le Couvent des Jacobins : l'élément remarquable qui surprendra les visiteurs est la voûte unique en forme de palmier. L'église, avec sa double nef au décor peint et ses superbes vitraux, abrite également les reliques de saint Thomas d'Aquin. Quant au cloître du couvent, îlot de tranquillité dans la ville, il accueille régulièrement concerts et expositions

L’hôtel d’Assézat : À la Renaissance, la ville, enrichie par le commerce du pastel, voit fleurir de somptueuses demeures, dont l'hôtel d'Assézat. La cour d'honneur, somptueuse, sert d'écrin aux deux façades rythmées par les colonnes antiques et reliées par la tour d'escalier.

Le Canal du Midi : Plusieurs canaux traversent la ville : le canal du Midi, le canal de Brienne et le canal latéral à la Garonne. Inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco, le canal du Midi relie Toulouse à la mer Méditerranée.

Les Bords de Garonne : Un des plus beaux panoramas de la ville avec la vue sur le Pont neuf, l'Hôtel-Dieu Saint-Jacques, le dôme de la Grave, et le fleuve, la Garonne.

Quels sont les spécialités culinaires de Toulouse ?
La saucisse de Toulouse : la star du Sud-Ouest, la star des barbecues, la star du cassoulet, c’est bien-sûr la saucisse de Toulouse ! On la retrouve avec un Label Rouge dans les supermarchés, mais on préfère se fournir directement auprès des producteurs locaux que l’on retrouve sur nos marchés. Une saucisse artisanale que l’on peut accompagner d’une salade pour garder la ligne.

Le Fenetra : un gâteau généreux, tout en fraîcheur et en légèreté à base d'amandes, citrons et d’abricots. Se déguste dès l’arrivée de l’été.

Le Cachou Lajaunie : le cachou a été inventé à Toulouse par le pharmacien Lajaunie en 1880. Sa petite boite jaune n’a pas pris une ride depuis ! Ce petit carré noir est un savant mélange de plusieurs ingrédients, dont la réglisse et la poudre de cachou et sa recette reste inchangée depuis sa création. Chaque année à Toulouse, ce sont 3 millions de boîtes de bonbons cachou qui sortent des usines.

La brique de Toulouse : ce sont des bonbons feuilletés au praliné qui sont souvent vendus dans une boîte en carton en forme de la célèbre brique foraine qui a donné son surnom de « Ville rose » à Toulouse. D’un premier abord un peu dur sous la dent, mais très vite son croustillant rend accro ! Il existe même une variante à la violette.

La violette de Toulouse : la subtilité de la violette se décline sous toutes les formes : véritables pétales cristallisés, bonbons acidulés, moutarde à la violette, chocolat et thé...

Pourquoi Toulouse a-t-elle un lien si fort avec l’aéronautique ?
Le destin aéronautique de Toulouse commence dès 1890 : la légende raconte que Clément Ader, enfant du pays, fait voler le premier engin à moteur et à hélice en forme de chauve-souris.
Surnommé Eole cette machine volante sera le premier prototype d’avion.
Lors de la première guerre mondiale, Pierre-Georges Latécoère, industriel spécialisé dans le transport ferroviaire, décide de se lancer dans la construction d’avions militaires pour répondre aux commandes de l’Etat. Toulouse, située à l’opposé des combats, est ainsi choisie comme lieu d’implantation pour les ateliers.
La grande épopée aéronautique commence alors sur le sol toulousain dans le quartier de Montaudran. Après la Guerre, la compagnie se reconvertit vers l’aviation commerciale postale avec la création des Lignes Aériennes Latécoère.
Toulouse devient la base principale de la plus longue ligne aérienne française transatlantique reliant la France, l’Afrique occidentale et l’Amérique du sud. En 1927 ces lignes deviennent l’Aéropostale et marquent à jamais l’histoire de la ville grâce à des pilotes aux exploits légendaires comme Jean Mermoz ou Antoine de Saint-Exupéry.
Depuis le XXème siècle, les usines et entreprises du secteur aéronautique continuent de se développer sur le territoire toulousain : Dewoitine, l’Aérospatiale, EADS puis Airbus Group s’installent dans la ville rose et sortent de leurs usines des pièces pour les plus grands constructeurs mondiaux. Ils imaginent, construisent et assemblent des avions civils et militaires de renom comme la Caravelle, le Concorde ou l’A380.

Le pastel et la violette sont-elles des plantes encore cultivées à Toulouse ?
Le Pastel et la violette sont toujours cultivés autour de Toulouse.

Le Pastel : Utilisé comme plante tinctoriale et médicinale depuis l’Antiquité, le pastel Isatis tinctoria, est cultivé à une échelle pré-industrielle pendant la Renaissance dans le Lauragais, dans le triangle d’or composé par les villes de Toulouse, Albi et Carcassonne.
Le pigment bleu, obtenu en broyant les feuilles séchées de cette petite fleur jaune dans des moulins, était exporté dans toute l’Europe pour teindre les textiles. Les boules de pastel séchées, appelées “coques” seraient à l’origine du mythique “pays de Cocagne”.
Ce commerce florissant sera ruiné par la concurrence de l’indigo, le “pastel chinois” cultivé en Inde.
La culture du pastel renaît timidement dans la région et ses vertus curatives intéressent désormais l’industrie cosmétique : la marque Graine de Pastel, plusieurs fois primée, vous invite à découvrir sa
ligne de soins nutritifs, bio, et anti-âge dans l’esprit revisité d’une pharmacie d’antan.
Dans son atelier des Minimes à Toulouse, AHPY Création Annette Hardouin, maître artisan d’art, crée des vêtements teints avec le pastel et propose des ateliers pour faire (re)découvrir cet artisanat
Local.

La Violette : la petite fleur cultivée à Toulouse depuis 1854 est une cousine de la violette odorante de Parme, mais qui ne fleurit que l’hiver. Cette variété, qui ne produit pas de graines mais se reproduit par stolons (comme les fraisiers), est devenue une spécialité des maraîchers du nord de Toulouse, qui créent une “coopérative des producteurs de violettes et d’oignons” en 1908. Elle fournit un complément de revenus à près de 600 producteurs qui envoient jusqu’à 600 000 bouquets par an en train dans toute l’Europe avant de péricliter...
On ne recense plus aujourd’hui qu’une dizaine de producteurs. Menacés de dégénérescence par des années de bouturage, de nouveaux plants hybrides ont été mis au point in-vitro par la chambre d’agriculture avec l’aide de la ville de Toulouse.
Une collection de 130 variétés de violettes internationales, labellisée au niveau national, est conservée dans les serres municipales de Toulouse. On les retrouve début février place du Capitole à l’occasion de la Fête de la Violette ou lors des journées portes ouvertes des serres au printemps.

Quels sont les événements (Lien externe) à ne pas manquer à Toulouse?
Forte de sa culture latine, Toulouse est une ville vivante qui rythme sa programmation culturelle par de nombreux festivals tout au long de l’année : la fête de la violette en février, rio loco en juin, piano aux jacobins en septembre, Toulouse les orgues en octobre…
Sans oublier la Coupe du Monde de rugby 2023 et les 5 matchs que nous aurons la chance de recevoir avec les équipes du Japon, Fidji et les All Blacks.

Quelles excursions peut-on faire à partir de Toulouse ?
Toulouse est la capitale de la région Occitanie, sa situation géographique se prête volontiers aux escapades pour échapper un temps à l’environnement urbain et découvrir de nombreux sites exceptionnels, identifiés « Grands Sites Occitanie » ou « Plus Beaux Villages de France ». Montpellier, Albi, Carcassonne, mais aussi les Pyrénées… à vous les trésors d’histoire et d’architecture ainsi que les paysages naturels à couper le souffle.

Quels sont les matchs de la Coupe du Monde de Rugby 2023 qui se dérouleront à Toulouse ?
Toulouse accueillera 5 matchs :

  • Dimanche 10 septembre : Japon contre Amériques 2
  • Vendredi 15 septembre : Nouvelle-Zélande contre Afrique 1
  • Samedi 23 septembre : Europe 1 contre vainqueur du tournoi de qualification
  • Jeudi 28 septembre : Japon contre Océanie 1
  • Dimanche 8 octobre : Fidji contre vainqueur du tournoi de qualification