Exposition « Je mange donc je suis », au musée de l’Homme à Paris

Du 16 Octobre 2019 au 1er Juin 2020, le Musée de l’Homme sera au cœur de l’actualité avec une exposition qui traite de nos habitudes alimentaires dans l’histoire et à travers les continents, ainsi que de notre avenir à travers ce besoin vital et quotidien : se nourrir. On a faim!

A Paris, le Musée de l’Homme propose d’explorer les facettes biologiques, culturelles et écologiques d’un sujet qui nous concerne tous : l’alimentation.

L’Exposition "Je mange donc je suis" restitue le résultat des recherches menées par les scientifiques du Muséum national d’Histoire naturelle dans des domaines aussi variés que la formation du goût, les manières de table, la gastro-diplomatie, les modèles agricoles, les patrimoines culinaires, la consommation de viande, les OGM, l’alimentation de nos ancêtres et celle de demain…

Qu'est-ce qu'on mange ?

Sur 650m², une mise en scène parfois décalée permet de s'assoir à la table de l'Élysée, dialoguer avec une vache fictive sur les différents régimes alimentaires, ou d’admirer la présentation foisonnante d’objets prestigieux, de collectes de terrain et d’œuvres d’artistes modernes et contemporains, comme Pablo Picasso, Gilles Barbier, Pilar Albarracin ou Liu Bolin.

Ce vaste sujet est traité en trois actes. Dans le premier, l’alimentation est abordée du point de vue du corps humain, en croisant les approches historiques, biologiques et culturelles, la formation du goût, les interdits alimentaires, les rapports entre genre et alimentation.

Nourritures animales et végétales

Le second acte traite de l’alimentation du point de vue des sociétés humaines, abordant les dimensions politiques, religieuses, artistiques et identitaires de l’alimentation et se conclut par la présentation d’œuvres rappelant combien se nourrir alimente également les imaginaires.

Le dernier acte interroge les enjeux, à l’échelle mondiale, des modes de consommation et de production alimentaires. Nourritures animales et végétales, eau, nourritures fermentées, nourritures du futur : ces 5 « pôles-aliments » questionnent nos pratiques alimentaires actuelles et à venir.

Animal ou aliment ?

Pour être mangeable, un animal ou un végétal doit être culturellement comestible, répondant à différentes motivations : tabous alimentaires, traditions gustatives favorisant le goût ou le dégoût pour telle ou telle espèce… Six espèces animales ou végétales sont représentées dans un environnement interactif.

Le visiteur découvre les raisons culturelles qui poussent certaines sociétés à consommer ou non des insectes, du bœuf, du canard, du porc… Incontournable dans l’alimentation de nombreuses sociétés, presque inexistante pour d’autres, la viande est un aliment au statut particulier, qui nourrit les corps comme les imaginaires.

Sa consommation fait aujourd’hui l’objet de débats passionnés sur les conséquences éthiques, écologiques et sanitaires. L’exposition aborde différents enjeux liés à la consommation de viande : son rôle dans notre évolution, son poids écologique croissant, les visions du monde qui la favorisent ou la proscrivent, ou encore l’aspect rituel de l’acte de tuer pour manger.

L’exposition nous offre un tour du monde des différents modes de production qui coexistent et montre la disparité entre la chasse, pêche et cueillette chez les Inuits ou les Pygmées et l’agriculture intensive du blé dans la Beauce ou du palmier à huile en Indonésie.

Les insectes, très riches en protéines, alternative aux élevages...

La médiatisation des conditions d’élevage en batterie rend les consommateurs plus sensibles aux conditions de production. Mais comment nourrir correctement 9 milliards d’êtres humains ? Organismes génétiquement modifiés, viande fabriquée en laboratoire, nourriture dématérialisée, insectes… Des solutions existent déjà : les insectes, très riches en protéines, représentent une alternative aux élevages de bœuf, de porc et de poulet.

Pourtant, associés aux nuisibles, les insectes ont du mal à trouver des amateurs en Occident. Quant aux repas en poudre, ils occupent déjà les rayons de certains supermarchés...

Se rendre au musée de l'Homme à Paris