Exposition Electro à la Philarmonie de Paris

Jusqu'au 11 août 2019, la Philharmonie de Paris présente Electro, une exposition d’envergure sur la musique électronique à travers l’exploration de son imaginaire, ses innovations, ses mythologies ainsi que ses correspondances avec les arts plastiques.

Accompagnant la révolution numérique, depuis 2010, la musique électro s’impose comme une tendance artistique majeure de la culture contemporaine. À plus de 120 BPM (battements par minute), l’électro fait danser la planète. La jeunesse de Paris ou de Berlin, les touristes d’Ibiza ou de Goa, les nouveaux punks des free-parties comme les millenials de Los Angeles...

La musique électro, reflet de la culture et des mutations de la société

La "dance music" est née il y a plus de trente ans dans les clubs underground de Chicago et Détroit, détrônant la culture du rock. Cette musique, issue de la house et la techno, a tout d’abord conquis les rave-parties clandestines avant de s’imposer à l’Europe entière. Au même titre que le rock, l’électro constitue désormais un reflet de la culture et des mutations de notre société.

Une exposition expérimentale

La bande-son immersive, confiée au DJ Laurent Garnier, suit le parcours de l’exposition. Elle revisite l’histoire de l’électro, du disco des années 1970 à la techno futuriste actuelle, sous la forme d’une dizaine de mix thématiques qui synthétisent l’esprit d’une époque à l’aide de classiques, de tubes ou de raretés.

Comme si ses utopies, son énergie et ses BPM parvenaient à donner le pouls et le tempo de notre époque. De Kraftwerk à Daft Punk, de Jean-Michel Jarre à Jacques ou à Molécule, de Laurent Garnier à 1024 architecture, les artistes et musiciens se sont emparés de l’exposition pour imaginer une nouvelle expérience, créant ainsi un nouveau rapport à cette musique.

Explorant son imaginaire, ses innovations, ses mythologies ainsi que ses relations avec les autres arts, l’exposition Electro fait écho à la vitalité et à la modernité de cette scène musicale.

De Kraftwerk à Daft Punk, des prêts exceptionnels

Le corpus exceptionnel des œuvres de l’exposition tient à la générosité des musiciens et artistes qui ont collaboré à sa mise en œuvre : Kraftwerk, présent à la Philharmonie en juillet pour trois shows 3D, conçoit pour l’exposition une série de vidéos projetées en 3D et diffusées à l’aide d’un son spatialisé.

Jean-Michel Jarre présente un "studio imaginaire" issu de sa collection personnelle de synthétiseurs rares, rendant hommage aux technologies révolutionnaires qui l’ont accompagné au cours de sa carrière.

Quant à Daft Punk, à travers une installation inédite inspirée de son clip "Technologic", le duo met en abyme son univers de fiction, tout en levant le voile sur une partie de la fabrication de son esthétique.

Se rendre à la Philharmonie de Paris