Guadeloupe : 4 bonnes raisons de faire l’ascension de la Soufrière

Surnommée la vieille dame, la « vié madanm la » en créole, la Soufrière est l’attraction du Parc national de la Guadeloupe.

Petit ou grand, sportif ou pas trop, il faut s’équiper de bonnes chaussures, d’un coupe-vent, d’un maillot de bain et… d’un peu de courage. La randonnée autour et sur ce volcan toujours actif, situé dans le sud de l’île de Basse-Terre, est un grand moment. La preuve par 4.

En prendre plein la vue

Point culminant des Petites Antilles à 1467 m d’altitude, la Soufrière offre par temps dégagé un point de vue à 360° et unique sur la vallée, la Grande Terre, le sud de Basse-Terre, la mer des Caraïbes et les îles environnantes des Saintes, Marie-Galante et la Dominique. Contempler depuis le sommet un lever de soleil est un spectacle inoubliable… qui exigera cependant de se lever tôt, l’ascension pour les plus rapides demandant au moins deux heures.

S’immerger dans des bains à 30°

C’est en voiture que débute l’ascension de la Soufrière. A cinq kilomètres de la commune de Saint-Claude, le site des Bains Jaunes en est la première étape, accessible par une belle route forestière. A 950 m d’altitude, on y trouve un petit parking mais surtout des bassins d’eau tiède provenant du cœur même du volcan. Un vrai spa naturel ! L’eau sulfureuse à une trentaine de degrés a, parait-il, des vertus revigorantes notamment pour les muscles fatigués. Quand on a bien marché, l’immersion est délicieuse !

Plonger dans la flore tropicale

Du vert, du vert, du vert partout ! Des arbres gigantesques, des fougères arborescentes, des lianes étrangleuses, des racines enchevêtrées… Sur le sentier, en partie pavé, qui grimpe vers le plateau de la Savane à Mulets, la forêt tropicale déploie ses plus beaux atours, encouragée par une humidité maximale. Après une demi-heure de marche, les contreforts du volcan atteints, l’ambiance et le paysage changent. Le vent souffle fort et la végétation se rabougrit à vue d’œil. Dans la dernière portion de la montée, lichens et mousses capitonnent les parois rocheuses composant une magnifique tapisserie rouge orangée piquetée d’orchidées sauvages et de fleurs jaunes des montagnes.

Danser sur le volcan

Ne pas se fier au volcan qui dort. Si la Soufrière est en repos éruptif (la dernière éruption majeure date de 1976 après celle de 1797), elle continue de bouillonner et de cracher la chaleur de ses entrailles par une multitude de bouches. A l’approche du sommet, fumerolles et vapeurs sulfureuses sont là pour le rappeler dans une ambiance à la Jurassic Park. Par endroit, le silence est impressionnant, juste troublé par le coassement sympathique des petites grenouilles ayant colonisé les lieux. Quant à l’odeur… Elle est reconnaissable entre toutes : celle de l’œuf pourri caractéristique du soufre !

Se rendre en Guadeloupe