7 gestes écoresponsables pour préserver la beauté du littoral

Des vacances à la mer en France ? Oui mais en vert ! Pour contribuer à préserver les 7 200 kilomètres de côtes qui s’étirent de la mer du Nord à la Méditerranée et leur fabuleux réservoir de biodiversité, on pioche dans un catalogue de gestes écoresponsables faciles à adopter. Profiter des bienfaits du milieu marin hors saison, se déplacer en modes doux, participer aux opérations de nettoyage des plages ou randonner à pied sur les sentiers du littoral en se faisant aussi discret qu’un oiseau nicheur… Voici quelques pistes pour des vacances durables, propices à un grand bain de reconnexion avec la nature.

Piocher dans les quatre saisons

Savez-vous que l’on peut nager au large des côtes bretonnes à la Toussaint, se balader au soleil sur les falaises d’Etretat au mois de mars et alterner dès le printemps, randonnées et plongeons dans la Méditerranée au cœur du Parc national des calanques? Plus paisible et moins fréquenté qu’en plein été, le littoral est un paradis hors saison pour les vacanciers avides de nature et de déconnexion. Sentiers côtiers où flâner en toute sérénité pour profiter de vues époustouflantes sur la mer, lieux de patrimoine à visiter loin de la foule, stations paisibles où savourer produits de la mer tout frais pêchés, il n’y a pas de saison pour s’oxygéner et profiter des bienfaits du littoral !

Train, vélo, kayak ou voilier… Se déplacer en modes doux

De nombreuses stations balnéaires disposent d’une gare ferroviaire ou routière pour une arrivée tout en douceur par train ou par bus. Sur place, on opte pour le vélo, électrique ou non, et pour la marche à pied. Sur les sentiers du littoral, c’est même le seul mode de locomotion autorisé dans un souci de préserver espèces et habitats, sans compter la tranquillité des lieux! On enfile donc baskets et chapeau pour longer les côtes en guettant vues sur la mer, oiseaux, lézards et fleurs rares. Sur l’eau, on embarque sur un voilier ou un kayak. Se griser de vents et d’embruns toutes voiles dehors ou pagayer en écoutant bruisser les pins… Voilà de quoi déconnecter en profitant pleinement du milieu marin.

Privilégier les labels éco-responsables

Eaux de baignade de qualité certifiées « excellentes » au terme d’analyses très strictes, poubelles à disposition sur les plages, tri sélectif des déchets, mise au point de politiques de recyclage et de programmes d’éducation à la préservation de l’environnement…Pour les vacances, on privilégie les plages ou stations portant l’écolabel international Pavillon Bleu qui distingue les sites du littoral menant une politique de développement du tourisme éco-responsable. En 2021, 410 plages et 115 ports de plaisance de la Mer du nord à la Méditerranée figuraient au palmarès, un record ! On repère également les labels garants d’une conception et/ou gestion écoresponsable (Clef Verte, Ecolabel européen, Green Globe ou encore ATR (Agir pour un Tourisme Responsable), avant de choisir son hébergement, et on se régale de produits du terroir dans les restaurants locavores.

Respecter la biodiversité sur le sentier du littoral

En balade sur les sentiers côtiers, il est tentant de prendre la tangente pour faire quelques clichés inédits ou s’offrir des vues exclusives. Très mauvaise idée ! Pour d’évidentes raisons de sécurité, il est conseillé de respecter le balisage et les interdictions de passage qui limitent parfois l’accès au littoral. C’est aussi le meilleur moyen de préserver la flore (que l’on évite soigneusement de cueillir) et la faune. Les côtes sont l’habitat de nombreuses espèces, en particulier les oiseaux marins qui nichent dans les rochers, ne pas déranger !

Pratiquer une pêche durable

Envie de pratiquer la pêche à pied ? Quand elles dévoilent à marée basse des myriades de mares aux eaux irisées, les plages deviennent un fabuleux terrain de jeu. A condition d’adopter les bonnes pratiques. Pour éviter de se faire piéger par la mer, il est impératif de vérifier les horaires de marée avant de s’élancer sur le sable, de préférence deux heures avant la marée basse. Dans son panier, on place une règle afin de respecter les tailles de capture minimales permettant de favoriser le renouvellement des espèces. Pour les mêmes raisons, on évite de ramasser les espèces protégées et on s’en tient au calendrier : certains coquillages ne peuvent être pêchés qu’à des périodes précises de l’année. Enfin, si on soulève des pierres, on prend soin de les remettre à leur place sur la même face : c’est tout un éco-système discret qui s’y attache !

Faire la chasse aux déchets en bord de mer

En balade en bord de mer, pique-nique rime avec zéro plastique …On emporte une gourde pour étancher sa soif et un sac (recyclable) pour emporter ses éventuels déchets (y compris les mégots de cigarettes), que l’on triera à l’arrivée. Le sac peut être utile aussi pour collecter les intrus en tous genres qui s’invitent sur les sentiers du littoral et sur les plages, plastique, verre poli, filets de pêche, etc. Plutôt que de les placer dans les poubelles dédiées, il est possible de les confier aux associations ou aux sociétés spécialisées dans le recyclage, renseignez-vous auprès des mairies ou des offices de tourisme !

Participer à des opérations de sauvegarde du littoral

Vous aimeriez sensibiliser vos enfants à la protection de l’environnement ? Rien de tel que des activités autour de la découverte et de la préservation des éco-systèmes du littoral. Explorer réserves et parcs naturels en compagnie de guides naturalistes, s’initier à la cuisine des algues ou apprendre à soigner les tortues marines blessées, de quoi faire naître des vocations ! Sur place, on guette le calendrier d’opérations ponctuelles, comme les actions de nettoyage des plages, de plus en plus fréquentes sur le littoral.