On flâne dans les rues d'Orléans

Entre patrimoine architectural, art contemporain, végétation luxuriante et gourmandises, c’est à une balade pleine de promesses que nous convie la ville d’Orléans, dans le Val de Loire. Morceaux choisis.

La cathédrale Sainte-Croix, emblème de la ville

Si ces murs pouvaient parler, ils en auraient des histoires à raconter ! Initialement construite au VIe siècle, cette grande dame qui marque aujourd’hui de sa silhouette le paysage de la ville s’écroule au XIIe siècle. En 1287 débute alors sa reconstruction, qui s’achèvera le 8 mai 1829, soit plus de 600 ans plus tard ! Ce monument emblématique est également marqué par des personnalités telles que Jeanne d’Arc, Henri IV ou encore Louis XIV qui façonnèrent son histoire au fil des siècles. On ne manquera pas d’ailleurs d’admirer ses vitraux qui racontent l’histoire de la protectrice de la ville, Jeanne d’Arc. Passage obligé également dans ses cryptes et ses catacombes, une véritable ville sous la ville. L’office de tourisme propose d’ailleurs la visite "Orléans de haut en bas", qui permet de passer des plus hautes tours de la cathédrale à ses souterrains.

Cathédrale Sainte-Croix (Lien externe)

Plongée au cœur de la Renaissance

En flânant dans le centre-ville, on est plongé au cœur de la Renaissance, une période faste pour la ville, dynamisée par une université courue par les plus grands penseurs, de Calvin à Erasme en passant par Budé ou encore Rabelais. De nombreux bâtiments témoignent de cette opulence, à commencer par l’Hôtel Groslot, qui abrite aujourd’hui l’hôtel de ville. Cet hôtel particulier construit pour le bailli d’Orléans peut en effet s’enorgueillir d’avoir reçu entre ses murs François II, Charles IX, Marie Stuart ou encore Catherine de Médicis.

On admire également la façade mêlant décor Renaissance et réminiscences gothiques de l’Hôtel des Créneaux, sans oublier celles des nombreuses maisons à pans de bois que compte la ville, comme celle sise au numéro 14 de la rue Sainte-Catherine.

Dans les pas de Jeanne d’Arc

Chaque année, du 29 avril au 8 mai, Orléans célèbre son héroïne, Jeanne d’Arc, avec dix jours de fêtes. Chevauchées commémoratives, cérémonies religieuses, spectacles son et lumière, concerts, défilés aériens… Pendant 10 jours, la ville vit au rythme de la Pucelle qui la libéra de l’envahisseur en mai 1429. Mais Jeanne d’Arc est également présente dans la ville toute au long de l’année, à commencer par sa statue équestre qui trône sur la place du Martroi.

On peut également visiter une reconstitution de la maison du trésorier général du duc d’Orléans dans laquelle elle séjourna pendant le siège de la ville en 1429, tandis qu’une partie des collections du musée des Beaux-Arts lui est dédiée. Enfin, pour un hommage plus festif, direction les bars et restaurants du centre-ville qui proposent une bière locale appelée La Pucelle d'Orléans.

Maison de Jeanne d'Arc (Lien externe)
Musée (Lien externe) des Beaux-Arts d'Orléans (Lien externe)
La Pucelle d'Orléans (Lien externe)

Retour vers le futur au Frac Centre Val de Loire

Rien que pour son architecture, il vaut le détour ! Le fonds régional d’art contemporain du Centre-Val de Loire redonne une seconde jeunesse aux bâtiments des subsistances militaires auxquels l’agence Jakob + MacFarlane a ajouté trois excroissances de verre et d’acier baptisées Les Turbulences. À l’intérieur, le programme culturel et d’expositions s’intéresse aux relations entre art, architecture et design. Le Frac Centre-Val de Loire est également à l’origine de la Biennale d’architecture d’Orléans lancée en 2017.

Frac Centre-Val de Loire (Lien externe)

À la chasse au street art

Orléans est également un petit paradis pour les amateurs de street art avec plusieurs sites prisés des artistes. C’est le cas notamment de la friche industrielle des anciennes vinaigreries Dessaux, où l’on peut voir les œuvres de Jef Aérosol, ou encore du Mur d’Orléans, un espace à ciel ouvert dédié à la création contemporaine et situé face au cinéma des Carmes, rue Henri Roy. Chaque mois, un nouvel artiste est invité à venir habiller ce mur.

Mais l’art se trouve aussi et surtout à chaque coin de rue, ou encore sur les toits de la ville. On s’amuse à partir à la chasse aux chats jaunes au large sourire de Thoma Vuille alias M. Chat ou encore aux petites mosaïques colorées de Mifa Mosa qui peuplent les rues. Chaque année, au printemps, la ville organise le Loire Art Show, deux grands week-ends dédiés à l’exploration et aux arts urbains.

Pause gourmande

Impossible de passer à côté des gourmandises qui font la réputation de la ville. On craque pour les macarons aux fruits d’Orléans et leurs parfums des plus originaux : fraises déglacées au vinaigre d’Orléans ; confit de pétales de rose, cannelle et citron vert ou encore crémeux noisettes. Encore plus insolite, le Cotignac est une friandise à base de coing qui n’est pas sans rappeler le roudoudou. On le déguste à l’aide d’un morceau du couvercle de sa boite en épicéa. Régressif à souhait !

B. Glacier (Lien externe)

En communion avec la nature

Véritable poumon vert de la ville, le Parc Floral de la Source est un émerveillement pour les yeux quelle que soit la période de l’année où on le visite. À la belle saison, on en prend plein la vue dans le jardin des iris, celui des dahlias ou encore dans la roseraie, tandis que peu à peu les feuilles et la végétation se parent de couleurs ambrées et rougeoyantes. En hiver, place au givre et ses cristaux blancs avant que la nature ne reprenne ses droits et que tout recommence. On ne manque pas non plus le jardin de la Source, résurgence de la Loire qui donne son nom au parc, ainsi que le potager ou encore les sculptures à découvrir au détour d’un bosquet.

Parc Floral de la Source (Lien externe)

Se rendre à Orléans, dans le Val de Loire 

Aller
plus loin