La nature en Provence-Alpes-Côte-D'azur - Riviera

La nature en Provence-Alpes-Côte-D'azur - Riviera

La nature en Provence-Alpes-Côte-D'azur

La nature sur la Riviera


La nature en Provence-Alpes-Côte-D'azur

Le panorama
 • Comment résumer cette "Terre Méditerranée", entre littoral, Provence et Alpes du sud ? De la Camargue aux criques varoises, des cimes du Queyras ,  ou du Briançonnais aux crêtes du mont Ventoux, en passant par le gigantesque canyon du Verdon, la région est prodigue en paysages d'exception... et en zones protégées. La région compte en effet deux parcs nationaux très différents. Celui des Ecrins valorise des sommets et glaciers mythiques : la Meije, le Pelvoux ou la Barre des Ecrins (culminant à 4.102 m). Celui de Port-Cros préserve un univers insulaire envoûtant, jusque dans ses fonds marins. Et tout cela en attendant un (très) prochain parc national des Calanques (entre Marseille et Cassis) ! Mais la région compte aussi 5 parcs naturels régionaux : un record ! Outre le Queyras, il y a les Alpilles (avec ses vastes oliveraies), le Luberon (avec ses vignes et vergers), le Verdon (avec ses champs de lavande) et la Camargue  (avec ses manades : élevages de taureaux et de chevaux). 

 • Décidément "surdouée" côté nature, la région présente également des sites privilégiés et plus intimistes : une superbe hêtraie au pied de la falaise de la Sainte-Baume, les anses et madragues discrètes de la rade de Toulon ou des Calanques, les lacs d'altitude en Ubaye ou dans les Hautes-Alpes , les garrigues parfumées du massif des Maures ou des Alpilles...

 • Les scènes d'anthologie se multiplient donc dans cet environnement si contrasté. Mais cette mosaïque de territoires conserve une unité climatique, culturelle et historique. La transhumance des troupeaux de moutons unit par exemple les contrées méridionales (plaine de la Crau, collines varoises) aux Alpes dites du sud, par le sillon du Val de Durance.

La gastronomie et le terroir
 • Au fil des saisons, la région met forcément en appétit ses visiteurs : le muscat du Ventoux AOP (raisin de table) ou l'huile d'olive AOP de la vallée des Baux , mais aussi des friandises comme le nougat noir authentique, le calisson d'Aix, le fruit confit d'Apt-en-Luberon, le berlingot de Carpentras, la figue AOP de Solliès, etc. Et les coteaux de la Provence, dardés de soleil, produisent une collection de beaux vins d'appellation en plein essor, et invite à décourvir des sentiers vignerons au pays du Ventoux . Les vignobles méditerranéens donnent ainsi, plus largement, de la matière à un oenotourisme de charme .

Les randonnées pédestres
 • La randonnée possède aussi de belles références. Il y  bien sûr le "monde de l'altitude" mais aussi le GR 9 qui enchaine les sommets emblématiques de la Provence (Sainte-Victoire, Luberon, Sainte-Baume), tous affichant 1.100 m d'altitude environ, et surtout le "géant" : le mont Ventoux : à 1912 m. Plus insolite, le GR 49 (dit sentier Martel) explore le fond des gorges du Verdon . Et une partie du littoral reste sauvage malgré tout, dans les Calanques ou le Var (le cap Lardier, près de Saint-Tropez !). Sachant que les possibilités d'escapade sont restreintes en plein été. 

Le cyclotourisme
 • La Camargue, autrement dit le delta du Rhône, est quadrillée par des pâturages à taureaux, des rizières et des salins où se complaisent des flamants roses sédentarisés. Son réseau de digues fournit autant de pistes en terre pour des balades VTT "sans effort". Exemple-type avec le parcours de 25 km entre les Saintes-Maries-de-la-Mer et le phare de la Gacholle, entre l'étang de Vaccarès et la "grande bleue". Et les reliefs provençaux augurent de petites routes buissonnières égrainent les vieux villages tout en pierres mais aussi les "raidillons". Et si les cyclistes passionnés et expérimentés du monde entier convoitent les pentes (raides) du mont Ventoux, les cyclotouristes préfèrent le circuit balisé moins exigeant et à leur rythme du Luberon à Vélo qui affiche au total 236 km...

La nature sur la Riviera

Le panorama
 • Un ciel lumineux qui a séduit tant de grands peintres met en valeur aussi bien la baie des Anges ou le cap Ferrat que les montagnes du Mercantour , flirtant avec les 3.000 mètres et assez sauvages pour donner refuge à des meutes de loup. Mais concernant la vallée du Loup, il s'agit simplement d'une fracture profonde sculptée par un torrent dans la rocaille de l'arrière-pays de Grasse ! Les coteaux du pays de Vence et baous (falaises et grottes) de Saint-Jeannet, les villages perchés  sur la corniche au-dessus de Monaco et Menton (Peille, Peillon, Sainte-Agnès, , les rochers rouges du massif de l'Estérel plongeant directement dans la "grande bleue" et végétation luxuriante en bord de mer complètent la carte postale de cette Riviera, délicate mosaïque de paysages colorés.

La gastronomie et le terroir
 • Reconnue mondialement pour ses fragrances, avec Grasse comme capitale des parfumeurs et ses derniers champs de fleurs qui fournissent encore les plus grandes marques de luxe, la Côte d'Azur offre aussi des saveurs singulières, grâce à son climat privilégié : le fragile et discret citron de Menton en est le premier témoin. Quant à l'olive cailletier, variété spécifique et exclusive du pays Niçois, elle est défendue par une AOP (pour l'huile, le fruit, la pâte). Et il faut juste "bondir" sur les petites îles de Lérins (au large de Cannes) pour apprécier le singulier vignoble des moines cisterciens de l'abbaye de l'île Saint-Honorat !

Le cyclotourisme
 • Avec ses montagnes qui tombent littéralement dans la mer, ses coteaux en terrasses et ses routes pentues et sinueuses, il reste peu de place pour les voies vertes ; tandis que le cyclotourisme se révèle exigeant. Le VTT se pratique en revanche de belle manière en altitude, dans le cadre des stations de montagne de Gréolières, de Valberg, d'Auron ou d'Isola 2000. Au bout de la vallée de la Tinée, la route passe d'ailleurs au col de la Bonette-Restefond (2715 m), parfois franchi pour le Tour de France, et classé parmi les trois plus hauts cols routiers d'Europe : avis aux cyclistes ambitieux !

 • Versant randonnée, le potentiel s'avère beaucoup plus évident. Du massif de l'Estérel , cousin géologique de la montagne corse, émerge le pic de l'Ours et le mont Vinaigre (618 m), des forêts de pins et chênes à parcourir ... sauf en été (trop chaud et non autorisé). Les connaisseurs savent que le massif de Tanneron se couvre en février d'un manteau jaune (les mimosas en fleurs).
 • L'arrière-pays niçois et la vallée de la Roya promettent des balades "en balcon" spectaculaires, par un chapelet de village "nid d'aigle" (Coaraze, Sospel, Saorge, etc.). Quant au versant de la Vésubie et au massif du Mercantour (parc national) , ils présentent un tempérament alpestre séduisant. Le joyau de ces Alpes maritimes ? La vallée des Merveilles , pour ses paysages d'altitude et sa randonnée à thème, en quête de surprenantes et inédites gravures rupestres sur des rochers en plein soleil !...