23ème congrès national de généalogie

Du 02 octobre 2015 au 04 octobre 2015
23ème congrès national de généalogie 86360 Chasseneuil-du-Poitou fr

Le Cercle Généalogique Poitevin a proposé en fin de semaine dernière, sous le haut patronage de la Fédération Française de Généalogie et avec l’aide de l’Union Généalogique Poitou-Charentes-Vendée, le 23ème Congrès National accompagné du Salon National de la Généalogie.

Cette grande manifestation s'est déroulée, pour la première fois dans la région Poitou-Charentes, sur 3 jours, les 2, 3 et 4 octobre 2015 au Palais des Congrès du Futuroscope, à Poitiers.

Thème et programme

Cette année, le Poitou et la Nouvelle-France ont été mis à l'honneur, avec un programme très riche, incluant notamment : une séance solennelle d’ouverture et inauguration officielle du XXIIIe Congrès National de Généalogie, différentes communications et ateliers, découverte du Futuroscope, un gala au Plaza, etc.

Parmi ces conférences et ateliers, nombreux sont ceux qui ont traité du Québec :

  • « Le régiment de Carignan-Salières, les premières troupes françaises de la Nouvelle-France, 1665-1668 ».
  • « Les origines d’Antoine Desrosiers, pionnier de La Nouvelle-France : perpétuation d’une erreur généalogique ».
  • « Histoire de la famille de François Houallet, receveur général du Poitou, et de son fils René partis en Nouvelle-France, ancêtre de 34 000 Québécois ».
  • « Le régiment de Carignan-Salières, les premières troupes françaises de la Nouvelle-France, 1665-1668 ».
  • « Les registres paroisiaux au Québec, 1620-1994 ».
  • « Regards sur la résistance acadienne : L’apport inédit des papiers d’Acadie, 1750 -1760 ».

Le programme détaillé a été communiqué : pour en savoir plus, cliquez ici.

Un comité québecois avait été créé en janvier 2014 pour assurer une présence importante à cette rencontre internationale.

Ce comité est formé des organismes suivants qui ont répondu positivement à l’invitation :

  • Commission franco-québecoise sur les lieux de mémoire commun ;
  • Bibliothèque et Archives nationales du Québec,
  • Fédération québécoise des sociétés de généalogie,
  • Fédération Histoire-Québec,
  • Délégation générale du Québec à Paris.

Le Poitou, terre acadienne

Suite au traité d’Utrecht, l’Acadie devient anglaise et, le 28 juillet 1755, un grand conseil tenu à Halifax décide de déporter les habitants d’origine française de la Nouvelle Écosse. Sur les 15 000 personnes, issues de pionniers du sud de la Loire qui avaient fondé cette « Nouvelle France » 120 ans plus tôt, 256 construisirent la ligne acadienne à Archigny, petit village des environs de Poitiers.

A découvrir :

  • Maison de l’Acadie à la Chaussée
    Cette habitation présente l’histoire des familles du Loudunais parties au XVIIe siècle pour fonder une colonie agricole en Nouvelle France.
  •  La ligne acadienne à Archigny
    Sur les 57 maisons construites en 1773 pour accueillir les familles acadiennes chassées du Canada, 38 existent encore. L’une d’entre elles, meublée d’époque, abrite le musée Acadien.
  • Abbaye de l’Etoile à Archigny
    Abbaye cistercienne fondée vers 1120, elle participa à l’accueil des familles acadiennes installées par le marquis de Perusse des Cars, ce qui lui vaut la fidélité de leurs descendants. Ne subsistent que la salle capitulaire, un oratoire, une partie de la nef et du moulin.

Retrouvez le Congrès sur Twitter