Le secteur de Juno Beach

  • Centre Juno Beach

    Centre Juno Beach

    © Centre Juno beach

  • COURSEULLES MUSEE JUNO BEACH

    COURSEULLES MUSEE JUNO BEACH

    © Calvados Tourisme

  • © Gilbert Alexander Milne/Library and Archives Canada

  • © Photo d'archives

Le secteur de Juno Beach Junio Beach fr

Juno Beach résonne tout particulièrement aux oreilles des Canadiens. Derrière ce nom, se cache un des événements les plus marquants du D-Day qui annonce la Libération de la France par les alliés.

Juno Beach, située entre Courseuilles et St Aubin sur Mer, est la deuxième des trois zones d'invasion des forces du Commonwealth avec Gold Beach (située entre Asnelles et Ver-sur-Mer sur la côte occidentale du Calvados) et Sword Beach (Lion-sur-Mer, Langrune-sur-Mer).

Temps épouvantable

Commandée par le major-général Rodney Keller, la 3ème division d’infanterie canadienne  - au nom de code Juno -  débarquent sur la plage du même nom le 6 juin 1944 au petit matin.

À cause de conditions climatiques épouvantables, les Canadiens accusent du retard sur l'heure du débarquement à l'image des Américains présents sur la plage d'Omaha Beach. Résultat : les soldats allemands peuvent organiser leur défense, et sur les 306 embarcations canadiennes, 90 seulement arrivent à accoster sur la plage de Juno Beach.

Avec 1 074 soldats morts au combat, La plage de Juno Beach, accuse les plus grosses pertes du côté des forces du Commonwealth.

Dans la première heure de l’assaut, les forces canadiennes subissent environ 50 % de pertes. Les suites de la journée s’avèrent plus heureuses toutefois pour les forces canadiennes.

Vers midi, la division canadienne est complètement débarquée sur les côtes normandes. Elle s’est enfoncée de plusieurs kilomètres pour prendre les ponts sur la rivière Seulles. À 8 h, les troupes canadiennes contrôlent la ville de Saint-Aubin-sur-Mer.

Le 7 juin, les forces canadiennes assurent la jonction avec les forces britanniques qui avaient pris Sword Beach.

Bilan

Sur les plages Canadiennes, 3200 véhicules et 2500 tonnes de matériel seront débarqués. Les pertes sont de plus de 100 soldats, blessés ou disparus, sur un effectif engagé de 15 000 hommes.

Au calendrier

À partir du 1er février : exposition au Centre-Juno-Beach, Mamie, c'était comment pendant la Guerre ? à Courseulles-sur-Mer.

A Voir

A proximité